Archive for December, 2012

  • L’Esprit des Fêtes   Il devient difficile d’écrire ces petits textes. Pas que les sujets manquent, au contraire, ils sont peut-être trop nombreux. Trop de corruption, trop d’hypocrisie et de mensonges, de bien-pensance médiatique déversée, mielleuse à souhait, pour être consommée par des gens qui veulent être rassurés dans leur propre idéologie vacillante. Les premières ébauches de mes écrits en deviennent haineuses, macabres, sans compromis. Il y a une partie de moi qui éprouve une profonde colère devant ce monde qu’il constate; il est clair que ma vision de la réalité est occultée par un code de moralité bien personnel, et...

    L’Esprit des Fêtes

    L’Esprit des Fêtes   Il devient difficile d’écrire ces petits textes. Pas que les sujets manquent, au contraire, ils sont peut-être trop nombreux. Trop de corruption, trop d’hypocrisie et de mensonges, de bien-pensance médiatique déversée, mielleuse à souhait, pour être consommée par des gens qui veulent être rassurés dans leur propre idéologie vacillante. Les premières ébauches de mes écrits en deviennent haineuses, macabres, sans compromis. Il y a une partie de moi qui éprouve une profonde colère devant ce monde qu’il constate; il est clair que ma vision de la réalité est occultée par un code de moralité bien personnel, et…

  • L’Éducation   C’est difficile de formuler une idée abstraite. J’admet que la notion de payer pour acquérir une connaissance me dépasse complètement. Dans un absolu, on peut imaginer alors qu’un enfant se verrait refuser l’accès à certaines disciplines, faute de moyens. Ceux qui naîtront plus pauvres devront fournir un effort supplémentaire et s’endetter pour parvenir aux mêmes avantages que ceux qui ont l’immense bonheur de naître dans la fortune. L’on dira alors, très philosophiquement, et oui, mais la vie n’est pas juste. La vie est injuste, parce que nous la rendons ainsi. On ne parle pas d’accident, on parle d’un système...

    L’Éducation

    L’Éducation   C’est difficile de formuler une idée abstraite. J’admet que la notion de payer pour acquérir une connaissance me dépasse complètement. Dans un absolu, on peut imaginer alors qu’un enfant se verrait refuser l’accès à certaines disciplines, faute de moyens. Ceux qui naîtront plus pauvres devront fournir un effort supplémentaire et s’endetter pour parvenir aux mêmes avantages que ceux qui ont l’immense bonheur de naître dans la fortune. L’on dira alors, très philosophiquement, et oui, mais la vie n’est pas juste. La vie est injuste, parce que nous la rendons ainsi. On ne parle pas d’accident, on parle d’un système…

  • Décembre   On parle beaucoup de “consensus” dans les médias ces jours-ci. Un mot malheureux (ou heureux, c’est selon) du porte-parole de l’ASSE, qu’il a bien sûr fallu livrer sans contexte ni analyse à une masse qui ne demande qu’à mépriser la jeunesse de son pays. Dans mon temps… ouais dans ton temps, pas certain que tout coûtait aussi cher l’ami. C’est quand même rigolo, parce que dans leur grande hâte à condamner le manque d’esprit social de l’association, nos chers journalistes et chroniqueurs semblent oublier qu’au printemps, plusieurs propositions et alternatives avaient été proposées par les étudiants lors des négociations...

    Décembre

    Décembre   On parle beaucoup de “consensus” dans les médias ces jours-ci. Un mot malheureux (ou heureux, c’est selon) du porte-parole de l’ASSE, qu’il a bien sûr fallu livrer sans contexte ni analyse à une masse qui ne demande qu’à mépriser la jeunesse de son pays. Dans mon temps… ouais dans ton temps, pas certain que tout coûtait aussi cher l’ami. C’est quand même rigolo, parce que dans leur grande hâte à condamner le manque d’esprit social de l’association, nos chers journalistes et chroniqueurs semblent oublier qu’au printemps, plusieurs propositions et alternatives avaient été proposées par les étudiants lors des négociations…

  • Et Puis, l’Hiver Cher Gilles Duceppe, Je ne savais même pas que tu avais un blogue au Journal de Montréal, ça fait tout drôle, je pensais que tu étais un politicien et là je te retrouve en train d’humecter ta plume avec ta belle langue fourchue au côté de sommités du monde de la chronique lépreuse, tels que Richard “intellectuellement vôtre” Martineau et Eric “propos inexacts mais on s’en fout du Conseil de presse du Québec” Duhaime. Mais là, franchement, c’est du haut niveau, de la bonne viande rouge pour un électorat qui trouve que Harper n’est pas encore assez...

    Et Puis, l’Hiver

    Et Puis, l’Hiver Cher Gilles Duceppe, Je ne savais même pas que tu avais un blogue au Journal de Montréal, ça fait tout drôle, je pensais que tu étais un politicien et là je te retrouve en train d’humecter ta plume avec ta belle langue fourchue au côté de sommités du monde de la chronique lépreuse, tels que Richard “intellectuellement vôtre” Martineau et Eric “propos inexacts mais on s’en fout du Conseil de presse du Québec” Duhaime. Mais là, franchement, c’est du haut niveau, de la bonne viande rouge pour un électorat qui trouve que Harper n’est pas encore assez…

  • Fin de Soirée au Club   Moi ma participation à la démocratie, c’est d’aller voter aux 4 ans et payer des impôts que le gouvernement peut utiliser de façon discrétionnaire. Au-delà de ça, je pense bien que les vidanges en costume s’en balancent pas mal de mon opinion sur le développement durable et les autres conneries écolo qui sont chères à mon coeur. Je réseaute pas moi, comme dirais l’autre abruti de Rozon. Ben oui, c’est comme ça les affaires, tu vas dans un p’tit resto privé où tu risques pas d’être embêté par quelqu’un qui a de l’intégrité, tu discutes...

    Fin de Soirée au Club

    Fin de Soirée au Club   Moi ma participation à la démocratie, c’est d’aller voter aux 4 ans et payer des impôts que le gouvernement peut utiliser de façon discrétionnaire. Au-delà de ça, je pense bien que les vidanges en costume s’en balancent pas mal de mon opinion sur le développement durable et les autres conneries écolo qui sont chères à mon coeur. Je réseaute pas moi, comme dirais l’autre abruti de Rozon. Ben oui, c’est comme ça les affaires, tu vas dans un p’tit resto privé où tu risques pas d’être embêté par quelqu’un qui a de l’intégrité, tu discutes…