Tison

Tison

  Si l’on doit faire un jour un monument en hommage à l’humanité, je suggère une belle grosse pelle. On aime bien creuser, on aime quand c’est plat, le moins d’arbres possible et quand il y en a, qu’ils soient domestiqués et décoratifs. Le singe en nous a dû être drôlement traumatisé par la nuit dans la forêt de l’aube des temps. On devient progressivement une taupe, aveuglée par son obsession de creuser toujours plus profondément à la recherche de ces minéraux qui sont convoités par tant d’autres.

Jean Charest a une pelle aujourd’hui, il s’en va à Québec rejoindre d’autres amateurs de pelles. Ils vont creuser pour construire un amphithéâtre que nous allons payer et offrir à quelqu’un qui se fera un plaisir de nous y vendre l’accès. Legault n’a pas de pelle pour l’instant, il veut brandir un balai. Mais un balai devient si vite une pelle, quand on a à coeur les finances de nos amis. Dans le nord c’est sûr on va creuser, il y a sous la terre plein de cadeaux qu’on serait stupides d’y laisser. Quand il n’y en aura plus, et bien on aura fait assez de trous pour tous s’y coucher.

Demain, on sauve enfin la démocratie. Et tous les soirs, il y avait des gens dans la rue, pas toujours nombreux, pour que l’on oublie pas. Que le gouvernement a cette année laché les chiens, que le sang a giclé et que nombreux ne s’en sortent pas indemnes. On nous a fort généreusement laissé le temps d’un été pour faire disparaître de nos fragiles mémoires les souvenirs de ce printemps, pour que nous puissions nous rendre tout sourires au bureau de vote apposer un ‘X’ droit et fier dans un cercle blanc. Puis voilà, tout sera terminé, mandat clair et autres platitudes. Peu importe le gagnant, nous aurons perdu, car le pouvoir sait à présent qu’il n’a pas à retenir ses coups.