L’Exode

L’Exode

  C’est rigolo cette levée de bouclier des nantis, on entend moins “juste part” et beaucoup plus de “on va partir vivre en Ontario”. Ah bien sûr, ils ne paieront que leurs taxes là-bas, ils reviendront au Québec pour y profiter de la situation d’emploi fort avantageuse et des crédits d’impôts qui rendent la prise de risque beaucoup moins risquée. On voit bien là que ces gens ont fort à coeur le projet social et qu’ils comprennent bien le principe de la contribution. Hey, j’suis riche aujourd’hui, je regarderai pas le contexte social qui m’a permis de m’enrichir, je vais juste agir comme un calisse d’égoïste et éviter de faire ma part pour que d’autres puissent bénéficier du même climat socio-économique que moi (vous voyez, j’ai pas mal abdiqué l’idée qu’on allait aussi transmettre un environnement dans un état acceptable aux générations futures. J’espère que vous aimez les toxines carcinogènes les enfants!).

Au moins, ça aura le mérite d’être clair. Une belle lutte des classes bien franche, rien de tel pour nous rappeller à quel point on manque cruellement d’imagination, ce qui nous pousse sans cesse à répéter le même scénario en l’adaptant à peine pour convenir aux réalités de l’époque. On a jamais été aussi riches, mais ça couine comme si on leur arrachait une patte quand on parle de taxer le capital des institutions financières.

Le président du Conseil du patronat du Québec a menacé d’une baisse de productivité des contribuables qui font au dessus de 130 000$ par an. Les médecins vont diminuer leurs heures, désolé pour ta tumeur la vieille mais je suis écoeuré de payer des impôts. Les avocats et les lobbyistes aussi peut-être, c’est sans doute la seule façon de ne plus voir Lucien Bouchard accorder une entrevue par jour pour nous dire à quel point on est pas à la hauteur face aux Chinois.