La Toilette de la Reine

La Toilette de la Reine

  C’est difficile parfois de remettre en question la direction de l’humanité. On en arrive inévitablement à buter sur des interrogations à savoir par quoi nous aimerions remplacer les institutions défaillantes. C’est beaucoup plus simple de poursuivre le mode de vie actuel, puisque nous le connaissons relativement bien, même s’il doit éventuellement nous mener à l’extinction.

Nous découvrons à présent (j’en suis vraiment stupéfait, imaginez l’impact que ces révélations auraient pu avoir sur les élections) que nos institutions gouvernementales sont complètement pénétrées par des organisations criminelles internationales. Et pourtant, la vie continue dans un grand haussement d’épaules collectif. Remarque, j’ai soupiré de soulagement en lisant que nos courageux policiers avaient arrêté des manifestantes qui criaient trop fort. Essuyant une larme d’un doigt tremblotant, j’ai vite fait une prière de remerciements au petit Jésus, je vais enfin pouvoir dormir l’esprit en paix.

Le problème au fond, c’est que la vision du monde que protègent les policiers est défendue avec un niveau d’agressivité extrêmement élevé. Probablement parce qu’elle est assez facile à démonter et à ridiculiser. La notion de “gagner sa vie” est passablement absurde en soi, surtout si on considère que les gens qui la gagnent aujourd’hui le mieux, selon des critères simplement financiers, sont aussi ceux qui font le moins d’efforts directs. C’est quoi ton talent? Moi je suis vraiment doué pour faire travailler les autres et j’ai beaucoup d’argent obtenu de manière plus ou moins morale. Excellent, on est justement prisonniers d’un système économique qui assigne une valeur monétaire à toute chose pour s’assurer qu’un jour il y aura un nombre limité de propriétaires pour jouir du labeur de la majorité.