Cliché

Cliché

  Je suis un descendant des premiers colons français qui ont traversé l’Atlantique pour se faire une vie prospère en Amérique du Nord. L’histoire nous permet de comprendre que cette existence s’est construite au détriment des peuples autochtones qui n’ont pas pu résister à l’assimilation et au méthodes génocidaires de certains de nos ancêtres. Je ne ressens pas, en vérité, de culpabilité face aux crimes potentiels de ceux qui m’ont précédé; je n’étais pas présent pour m’opposer à leurs projets, je n’ai pu qu’hériter de leur part du larcin.

Aujourd’hui, l’armée israélienne bombarde la bande de Gaza. Je ressens beaucoup de pitié pour ces jeunes qui naissent en Israël et qui sont enrôlés de force au service d’une nation qu’ils n’ont pas choisie. Certains d’entre eux refusent catégoriquement de s’investir dans le conflit et vont croupir en prison. D’autres vont s’accomoder de la tâche avec un enthousiasme qui caractérise la majorité des composantes des institutions militaires de tous les pays du monde.

Pendant ce temps, nos chères crapules en costumes s’empressent de prendre des postures classiques de bons samaritains impuissants tout en faisant des déclarations complètement débiles sur le droit de se défendre (quand on est du bon coté bien-sûr, l’inverse fait de nous un terroriste et nous campe dans le rôle de l’adversaire dans ce qui serait le grand défi de notre époque. C’est étrange, j’aurais cru que de se débarasser d’un système politique corrompu jusqu’à la moelle constituait l’enjeu le plus important, si on considère la perte en vies humaines engendrée par la continuation du statu quo, en comparatif avec le nombre dérisoire de morts causées par le terrorisme. Mais bon, un politicien verreux qui permet à une industrie de contaminer sa source d’eau potable, ça n’a jamais empêché personne d’aller faire un peu de shopping.)

Si je ne porte pas la responsabilité des actes de mes ancêtres, je porte très certainement celle des atrocités commises en mon nom aujourd’hui, financées par mes impôts et par mon activité économique. J’ai honte de mon incapacité à changer le monde. J’ai honte de n’avoir que des mots prudents à offrir dans un débat qui ne devrait pas en être un. J’ai honte parce que si j’étais né palestinien, aujourd’hui, peut-être que je lancerais une roquette vers Tel Aviv et que si j’étais né israélien, peut-être que je bombarderais Gaza.