Le Sommet de l’Éducation

Le sommet de l'éducation

Le Sommet de l’Éducation

  Est-ce que vous trépignez d’excitation dans l’attente du sommet de l’éducation, tremblants d’impatience et salivant d’avance à la perspective des nombreux débats en profondeur qui s’y tiendront sans aucun doute entre des gens intelligents qui ont une vision pour l’avenir et les recteurs accompagnés de leur supporters du gouvernement et du patronat? Enfin se tairont les esprits malveillants qui disaient qu’au Québec, les élections c’était pile-face-face-pile pour déterminer la mascotte qui viendrait maintenir le cap vers la superbe société néo-libérale qu’ont prévu pour nous nos bienveillants maîtres de la finance, avec en prime l’option de voter pour la CAQ pour ceux qui ont du mal à lire le mode d’emploi.

Ami policier, je sais ça n’est pas de mes affaires, mais quand même, tu pourrais t’abstenir du petit coup de pied frustro-rageur sur le manifestant au sol pendant tes arrestations de masse, ça fait mauvais genre et on va finir par être à court de couleurs d’uniformes pour essayer vainement de réorienter ton image de marque. Oui, j’ai vu la vitre brisée moi aussi, je compatis, j’étais ébranlé, ça a interrompu ma réflexion au sujet des coûts de déploiement des forces d’intervention pour s’assurer que le cocktail de réseautage du salon des ressources naturelles puisse se dérouler en toute sécurité.

Ça doit te tracasser quand même un brin d’être devenu le chien de garde personnel des affairistes. Remarque, il n’y aura pas de commission pour ceux-là, c’était fait en toute légalité sous le regard complaisant de la nouvelle ministre des Ressources naturelles. Je les imagine, sirotant leur petit drink, évoluant l’un vers l’autre, poignée de main molle et sourire faux: “faut qu’on déjeune un de ces quatre”, “nice party“, “c’est bruyant dehors hein”, “bah on s’en fout, c’est quand la dernière fois qu’on a prêté attention aux revendications des groupes environnementaux”, “ah ah”. Etc.

Bah je dis ça, mais c’est moi qui est un peu con d’être quelqu’un qui aime faire et non faire faire. Quand j’entends les excuses larmoyantes des divers gredins qui ont floué le contribuable ces dernières années et la juge Charbonneau qui les félicite de leur courage, je me demande pourquoi à ce moment précis tu ne surgis pas, ami policier, avec deux ou trois autres de tes charmants compères pour les jeter au sol et les menotter quelque part dans la neige. C’est gênant, ta justice à deux vitesses.