Au Salon Rouge

Au salon rouge

Au Salon Rouge

  Je me retrouve face à une constatation consternante: je n’aurai jamais la noblesse de nos politiciens qui sont prêts à se pardonner leurs incartades pour rehausser la qualité des débats et regagner ainsi la confiance de la population; je n’aurai jamais l’intellect de tous ces analystes et chroniqueurs qui savent aller à l’essentiel de l’information pour mieux guider cette populace craintive à travers les méandres d’une réalité socio-économique qui la dépasse souvent.

Je pourrais élever mon discours, exposer des arguments concis, participer de manière intelligente au discours public…

Mais je réalise que je ne suis qu’une sale mouette criarde qui défèque allégrement dans l’azur en priant tous les diables que sa fiente vienne éclabousser les égos somptueux de cette classe politique qui aime trop se sourire et s’applaudir pour être honnête.

Ouèk ouèk, donc.