Le Fou

Le Fou

Cher Mario Roy, employé de PowerCorp.

Je t’écris ceci, parce qu’à chaque fois que je te lis, j’ai l’impression que tu incarnes bien un segment de la population vieillissante, paternaliste et ancré dans une vision du monde qui ne peut être que celle de gens qui sont parvenus à combler leurs exigences matérialistes basées pour la plupart sur l’envie de vivre comme de riches propriétaires terriens du siècle dernier. Ces nouveaux bourgeois ne parviennent pas à comprendre que le monde change et que les opportunités d’hier ne sont peut-être plus les mêmes aujourd’hui, que le mode de vie qu’ils affectionnent ne peut, à cause d’une limite de ressources, être partagé par tous. Mais je m’égare…

Ton petit article ce matin, un autre excellent exemple du point de vue de cette “élite” bien-pensante; pour toi, les grands responsables du fiasco que nous appellerons la crise étudiante, ce sont ces petits groupuscules de “casseurs” qui tiennent selon toi sur le siège arrière d’une voiture de police. Les pauvres policiers, complètement impuissants devant ce petit groupe, n’avaient pas le choix de sortir l’attirail de guerre matraque-gaz-balles de plastiques. Les médias, à l’unisson, se sont éfforcés de bien montrer le point de vue des forces de l’ordre, étant donné la main-mise quasi-totale de ces groupuscules sur la toile; il fallait bien que la population puisse avoir accès à cet autre angle, sinon elle aurait pu finir par éprouver de la sympathie pour ces vils vandales.

Mais j’adore ta chute. “Le Parti Libéral, toutes les raisons de le haïr et de le mépriser ont déjà été exposées en long et en large”. Vraiment? Le haïr et le mépriser? C’est comme ça que tu votes habituellement mon Mario? Un vote qui n’est absolument pas basé sur un projet de société, mais sur la haine que tu éprouves pour diverses marques de partis? On ne parle pas de mépris ici, on parle de l’impuissance de la population qui se sent desservie par son système politique; au Québec, 20% de la population détermine le sort du reste. On a l’impression que peu importe les scandales et les enquêtes policières, il y aura toujours ce front uni qui votera invariablement pour le PLQ et qui sera suffisant pour le faire élire encore et encore puisque le reste du Québec à envie de varier son menu. Certains veulent voter pour QS, d’autres pour ON, d’autres encore pour la CAQ; mais si on ne vote pas PQ, on fait élire le PLQ, c’est ce que nous ont appris les dernières élections.

Il n’y a pas de hargne qui perdure. On se souvient des coups, mais les sentiments de haine ne trouvent raçine que dans le coeur des faibles. Il n’y a que la consternation, devant cette farce qui sera jouée à nouveau. On ne peut discuter d’avenir tant que nous ne sortons pas de cette impasse mexicaine qui ne semble profiter qu’à deux partis.