Dêmokratía

Dêmokratía

  Bon, c’est fini? On peut retourner vaquer à nos activités et laisser la classe politique gérer nos vies? C’était un peu ce que tout le monde désirait non? Parce que là Noël s’en vient et il faut s’y prendre tôt si on veut profiter des meilleurs rabais. Sans compter que le calendrier automnal de la succulente télévision québécoise doit débuter sous peu, Occupation Double Académie et Cuisinons avec Trucmuche.

La prospérité, dans le système capitaliste, s’acquiert toujours au coût d’une certaine violence dirigée à l’extérieur de la zone d’abondance. Cette violence doit être, autant que possible, cachée aux bénéficiaires qui pourraient, sait-on jamais, développer une certaine conscience humanitaire qui les pousserait à confronter le système, contraignant ce dernier à réorienter une certaine part de violence habituellement réservée à “l’autre” afin d’éliminer toute menace à sa survie.

Ce système, c’est nous, notre paresse, nos désirs matérialistes. Nous cherchons toujours la solution facile, et quoi de plus facile que le simple geste de gribouiller un bout de papier avant de le déposer dans une boîte. Voilà, le devoir citoyen a été accompli, prononcez 10 “Je vous salue Marie” et vous serez absous de toute responsabilité sociale pour les 4 prochaines années.

Demain, on s’échange les chaises. Les poignées de main reprennent, les dîners complices dans la capitale aussi. Une odeur de cravates rances flotte dans l’air. Un costume passe, un autre le remplacera soyez sans crainte.