Élisabeth II, Queen of Canada

Élisabeth II, Queen of Canada

  J’ai une triste nouvelle à vous annoncer. Ça a commencé quand j’ai lu que Stephen Harper avait dit que le Canada illustrait culture et patrimoine par la création d’oeuvres d’art. Ça a empiré quand j’ai lu que notre sympathique ex-lieutenant-gouverneur avait décidé que la justice ne s’appliquait pas à elle.

Et là, je me suis soudainement senti canadien. Pis bilingual en plus. Pis j’me suis dit, heille, on a une fucking reine. Une reine pour qui ça vaut la peine de dépenser sans trop regarder, avec un peu de chance, ses rejetons vont se régurgiter une progénituer et on va pouvoir transmettre notre maladie mentale aux générations futures.

Mais là je regarde le tableau que le gouvernement du Canada a décidé d’offrir à celle qui a tout; je me sens soudain envahi d’une crainte, et si il y avait des messages subliminaux dans la peinture, vous savez, le genre qu’on y retrouve habituellement, selon le ministre de la santé. Est-ce qu’on est vraiment certain que la reine ne va pas se mettre à ordonner le massacre de populations innocentes, forcer des pays à échanger du thé contre son opium, piller des monuments historiques pour rapporter des souvenirs dans son chateau subventionné par le peuple?

C’est pourquoi j’offre généreusement cette image au gouvernement; il peut en faire une copie pour la reine; ça lui permettra d’économiser un peu d’argent, comme ça il pourra nous rembourser les quelques milliards qu’il nous doit pour l’achat de ses F-35 (ok, vous vous êtes juste trompés d’une dizaine de milliards, des pinottes). Heille on niaise pas le Canada, une couple d’autres avions comme ça pis on va peut-être finir par être capable de battre un pays du tiers-monde sans l’aide des américains.